A Confignon, la nature paie un lourd tribut à l’urbanisation

Aujourd’hui, vouloir protéger les arbres et la verdure n’est plus de bon ton. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l’on parle d’arbres abattus pour laisser la place à une route, au tram et à la construction de nouveaux immeubles. L’ode au béton ou aux places minéralisées a donc de beaux jours devant elle ! A Confignon, grand village de campagne qui s’agrandit à la vitesse de la lumière, le béton raisonne dans tous les coins de la commune :

  • Place de village: grise et triste
  • Chemin des Marais: il n'a pas été tenu compte que ce chemin est inscrit "au patrimoine des chemins historiques de la Suisse" et sa réfection est correcte mais sans caractère. 
  • Route de Chancy : on attend encore tous les arbres promis !
  • Renaturation de l’Aire: la phase trois se termine. Le sacrifice des arbres de la réserve pourtant protégée et du petit bois pour replanter n'a pas été vain puisque de nombreux arbres vont encore être replantés. Le bruit de l'autoroute persiste.
  • Césure verte: un concours a été lancé par Bernex pour « aménager » la partie se trouvant sur sa commune. Confignon attend toujours de protéger sa césure verte, tout en souhaitant que ce retard ne se fasse pas au détriment de celle-ci. Et si des personnes extérieures lui imposaient des aménagements non souhaités par les habitants de la commune (terrains de foot, route, etc...)? Une césure verte doit rester ce qu’elle est à l’origine, soit un espace de transition que l’on aménage très peu, permettant ainsi à la faune et à la flore de transiter, de se développer ou de se reconstituer.
  • Vallon de l'Aire, à protéger absolument pour compenser l'urbanisation prévue aux Cherpines et à Bernex-Est
  • Bernex Est

Par la grâce d'une urbanisation galopante, la qualité de vie qui faisait de Confignon un village où il faisait bon vivre, va disparaître.