Réalisation du projet des Cherpines

En 2011, le référendum lancé contre le déclassement des terres agricoles du quartier des Cherpines/Charrotons a abouti et a été refusé par la majorité des votants du canton de Genève (56,6%) contre 44,4%, mais surtout accepté à 60% par les habitants des communes avoisinantes: Confignon, Plan-les-Ouates, Onex et Bernex. La population s'est en outre prononcée sur un écoquartier à taille humaine et non pour une ville à la campagne, puisqu'il devait se construire dans un lieu sensible (renaturation de l'Aire, zone agricole), tout en ignorant les problèmes de mobilité que ce nouveau quartier, situé dans un cul de sac, allait engendrer. Après de nombreuses réunions et tables rondes, le PDQ a été voté à fin 2013 et les plans localisés de quartier(PLQ) auraient dû suivre dans la foulée. Cependant, la volonté exprimée par le Conseil d'Etat en 2015 de densifier ce quartier entre 10 et 30% suite aux remarques de la Confédération a remis en lumière la frénésie de construire à Genève et la légalité du procédé.

Le Conseil Fédéral a, en effet validé, les principales orientations du PDCantonal 2030 jusqu'en 2023 car il a émis des réserves quant à la bonne volonté du canton de Genève de préserver les terres d'assolement. Il demande que d'ici là Genève apporte la preuve que les surfaces disponibles pour l'urbanisation soient bien utilisées avant de sacrifier à des déclassements supplémentaires. Il n'en fallait pas plus pour que les députés et le Conseil d'Etat décident de densifier les futurs Grands Projets dont les Cherpines sans refaire de PDQ pour aller plus vite.

Cette volonté de densification représente une trahison des engagements pris par le canton dans ce projet. En effet, le fait, le PDQ accepté par le Conseil d'Etat en octobre 2013 comprend des éléments liants pour le Canton et les communes, qu'elles s'engagent à respecter dans la suite du projet (indices d'utilisation des pièces urbains (p90) ainsi que des textes figurant dans des encadrés sur fond coloré (dans chapitre 2 "objectifs, concept et principes directeurs).

Elle est également irrespectueuse du vote des genevois qui se sont prononcés sur un écoquartier.

Pour les associations de la Plaine de l'Aire, il était évident que la densification ne pourrait se réaliser qu'en ajoutant des étages aux constructions prévues. De cela, il n'en était pas question! Après plusieurs courriers et une rencontre avec Mr Hodgers, les associations ont été invitées à des ateliers de concertation. La plupart ont joué le jeu et ont pu démontrer qu'il était très difficile de densifier même 10% supplémentaires sans construire des immeubles de 9 étages, voire une à deux tours. Pour l'instant, elles maintiennent leur position et attendent du Conseil d'Etat des propositions raisonnables. A relever que lors de ces ateliers, la mobilité fut presque occultée alors que c'est un des principaux sujets à traiter.

Malgré les explications et les réunions, les craintes et les angoisses de la population locale persistent par le gigantisme de ce futur quartier qui accueillera également une zone industrielle (ZDIA) très concentrée et dont certains bâtiments sont particulièrement élevés (9 étages) et pourraient l'être plus avec le projet d'installation de serres sur les toits. Quid de la mobilité? Quid de la préservation de la nature? Quid de la qualité de vie? Quid de l'arrivée du tram? Quid du projet de transport par câbles? Quid des familles qui habitent cet endroit? Quid des expropriations éventuelles? Comme à son habitude, l'ASC s'investira, restera vigilante et suivra de près le projet définitif ainsi que l'élaboration des PLQ afin de garantir la protection de l'Aire et la qualité de vie des habitants.

Les Cherpines, c'est...... Sur les communes de Plan-les-Ouates et Confignon:

Un périmètre d'environ 58 hectares, soit

  • zone de développement 3, 42 ha
  • zone de développement industriel, 13 ha
  • équipement public, 3 ha

 Evolution de 2012 à 2016